A la recherche du bonheur

bonheurDans notre société il faut toujours avoir l’air occupé et heureux, l’ennui c’est le mal…La tristesse, il faut la chasser. Je suis quelqu’un de mélancolique, plus je prends de l’âge et plus je me connais et je sais au fond que combattre qui on est vraiment n’amène parfois rien de bon. Je pense qu’il faut l’accepter et arrêter de courir après un bonheur, qu’on a souvent juste devant soi.

Devant moi, aujourd’hui j’ai mon fils, mon fils, qui lui, le cultive son bonheur, un bonheur simple de passer du temps avec ses parents, ses deux parents dont il a besoin de voir ensemble, rigoler, se câliner, s’arrêter sur une fleur qu’il veut sentir, regarder la lune un soir de ciel dégagé, fabriquer des avions en papier, sauter dans les flaques d’eau….

Faire des choses qui te paraisse à toi, adulte, dérisoire mais qui ont tant de sens en réalité. On a sans doute de la chance de vivre dans une région où il y a déjà tant à faire que plutôt que de chercher le bonheur ailleurs, nous devrions nous recentrer sur l’essentiel..

Mon fils me l’apprends chaque jour, parfois j’ai mon nez plongé dans les réseaux sociaux et je m’aperçois que je dois faire une pause au risque de passer à côté de la vie, de ma  vie, la vraie. Celle où je ne suis qu’une maman et une femme pleine de défauts dont la vie n’est pas faite de selfies!

La recherche du bonheur, elle peut être veine de sens, le bonheur pour le bonheur, mais ça veut dire quoi vraiment? Tout le monde est-il réellement heureux? A t-on le droit d’être parfois malheureux? Bloquer nos sentiments négatifs est-ce la solution au bonheur?

Parfois, les obstacles sont là pour nous rappeler que le bonheur existe une fois ces derniers franchis. Etre tout le temps heureux c’est impossible mais c’est la vie.

Contrôler et enfouir toutes nos émotions qui pourraient « polluer » notre entourage, de peur de les faire fuir, c’est finalement se mentir à soi-même. Et les vrais amis, ils restent!

Le bonheur n’est pas si difficile à atteindre et il se trouve souvent où on ne le pense pas. Il faut se casser la figure pour apprendre à se relever et apprécier d’être debout. C’est comme quand on est malade on se rend compte à quel point c’est bon d’être en bonne santé.

Le bonheur est là, il est simple mais dans notre société de consommation, dont je fais partie, on veut toujours plus pour « être heureux ». Pour beaucoup, le matériel est au service de leur bien-être psychologique, ils veulent de l’argent juste pour le plaisir d’en amasser, d’asseoir leur pouvoir sur les autres, mais au fond, sont-ils heureux?

 

Publicités

4 réflexions sur “A la recherche du bonheur

  1. Salut. J’ai lu ton article avec beaucoup d’attention. Je partage aussi ton avis sur la quête du bonheur. Je pense qu’il est à la portée de tous. Certes, on ne peut pas être constamment heureux, mais lorsque le bonheur est là, on apprécie davantage la vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s