Le négociateur

le negociateurCe titre « accrocheur » tel un polar ricain est tiré de faits réels qui se passent ici, chez moi mais aussi chez toi, parent! Je veux parler du combat quotidien que nous vivons fasse aux refus, aux caprices, aux tests…de nos enfants ces petits anges qui peuvent se transformer en petits dictateurs!

Mon Boubou du haut de ses deux ans trois quart (j’y tiens oui!) est loin d’être difficile à gérer mais à ses heures, ses périodes, il peut être un vrai bonhomme dans la négative, qui refuse en bloc et catégoriquement toute proposition, demandes etc… et souvent parfois, j’avoue, ma patience à des limites (venant d’une ancienne capricieuse j’ai envie de dire c’est le retour du bâton non? Pardon papa, pardon maman)

Alors, pourquoi ce tire, « le négociateur »? Tout simplement parce que désormais je doit jongler, jauger et NÉGOCIER tout et n’importe quoi! Et là j’ai l’impression d’être dans un sketch de Florence Foresti sur la parentalité et ces principes que tu avais avant d’être parent qui tout à coup partent aux oubliettes et que tu deviens celle que tu critiquais autrefois, tu sais quand t’en avais pas toi, des gosses! « Si c’était le mien je… »

Pour rentrer dans le vive du sujet, la négociation me permet de faire passer des choses qu’il refuse en douceur. En gros, on apprend, on jauge on propose plusieurs solutions car ERREUR du DÉBUTANT, ne surtout pas poser de questions fermée, donner plusieurs choix pour le responsabiliser.

Mais parfois c’est aussi moi glamour et quand je suis usée (ben quoi j’ai bientôt 34 ans, ça se sent), moins patiente, moins sympa quoi, ça se transforme en « menaces »: « Si tu viens pas je te laisse ici, tout seul » (bouuuu la bad mother), « si tu fais pipi aux toilettes je te donne un chocolat » (bouuuuu la bad mother), « si tu mange tes légumes, t’aura un super dessert » (bouuuuu la bad mother) tout se transforme en négociation borderline de temps en temps. Que celui qui n’a pas fauté me jette la première pierre mouhahah

Alors voilà, ici j’expose les faits, je n’ai pas de solution et heureusement ce n’est pas tous les jours mais j’avoue que quand c’est étalé sur plusieurs jours d’affilés, je deviens une maman que je n’aime pas, énervée, excédée qui en a marre de négocier.

Tout ce que je sais, et ça me rassure tout de même, c’est que c’est une phase, qu’on essaie de faire de notre mieux pour la gérer, que c’est le quotidien que tout parent.

Au delà de ça, mon petit d’homme m’apporte tellement de bonheur, tellement de joie, qu’au moindre câlin, bisou, je t’aime et j’ai même eu le droit a un « t’es magnifique maman » j’oublie les moments plus difficiles au profit de tout ça, la beauté de la vie, de ce petit être qui compte sur nous pour ne rien lâcher, faire de son mieux. Il faut aussi accepter de ne pas être le parent parfait et ne pas être trop dur avec soi-même.

Et toi, tu gères comment ces périodes de crises? A ton clavier ^^

Publicités

Une réflexion sur “Le négociateur

  1. Pingback: Moi, Marlène, mère imparfaite | Une Maman dans la Ville

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s