Tout à changé le jour où je t’ai donné la vie

Grossesse RudCes quelques mots (de Teri Moise) résonnent en moi, comme une évidence et quand je prends du recul, du recul sur moi, mes comportements, ma nouvelle vie de maman…je me rends compte que j’ai changé. Non, foncièrement je suis toujours la même car en vrai, on ne change jamais qui on est au fond. Mais oui, j’ai changé, ma vie a changé le jour où je suis devenue maman.

Je ne vis plus pour moi, mais pour lui, je suis heureuse à travers ses petits bonheurs quotidiens, ses progrès, ses fou-rires, nos fou-rires! Suis-je normale? Comme tout mammifère je mets ma vie en exergue pour me consacrer à la sienne. Certaines me disent que l’allaitement ou le portage etc…n’est pas pour elles car elles veulent conserver leur liberté, leur indépendance et que d’être « collées » à leur propre enfant les emmerde…alors désolée, au risque de me faire des ennemies, je ne comprends pas ces arguments car pour moi, faire un enfant, un petit être qui dépend complètement de sa maman, c’est donner de sa personne, lui donner un gros morceau de soi, de sa vie, partager quoi! Dans ce monde individualiste, quoi de plus beau que de faire don de soi, le temps nécessaire à aider nos enfants à avoir assez confiance en nous, en eux pour un jour prendre leur envole, de leurs propres ailes.

Je suis sectaire? Excessive? Je ne pense pas mais voilà du moins ma vision des choses de la vie de maman et mes références quant à l’allaitement ou au portage sont celles qui me viennent en premier mais il y a tellement d’autres choses.

Récemment une amie, une très bonne amie de longue date m’a reprochée d’être égoïste, dans ma bulle, focalisée sur le bonheur unique de mon fils et accessoirement celui de l’homme. Ça m’a fait mal mais est-ce qu’elle n’aurait pas raison? C’est vrai que quand on a une famille, on n’oublie pas ses amis mais on a juste moins de temps, surtout quand on bosse, une vie à 100 à l’heure. Le soir venu, quand la maison est calme, je me pose enfin et souffle un peu, blogue, regarde une série dans les bras de mon homme, tente de crocheter ou de tricoter bref, le week-end arrive, il passe tellement vite qu’on ne le voit pas passer, un dimanche en famille et hop ça recommence! Tu connais ça hein!

J’ai tout vécu avec mon amie, la fin de mon adolescence, des joies, beaucoup mais aussi des coups durs, et des coups très durs de la vie qui se sont acharnés sur elle et puis on a été mutuellement là, l’une pour l’autre mais c’est vrai que depuis que j’ai mon Boubou, ma vie tourne autour de lui, majoritairement, je n’en n’oublie pourtant pas les autres mais mon bonheur premier passe par ce lui de ma famille (mais aussi de mes amis même si je ne suis pas très démonstrative).

Garder une vie de femme, ses amies, c’est important mais il est vrai que mes passions qui étaient autrefois les sacs, chaussures, fringues etc. se sont estompées pour faire la place aux poussettes, sièges-auto, écharpes de portage et autres accessoires de puériculture, j’ai fait un p’tit transfert. Ce n’ai pas que je n’aime plus les fringues, la mode et tout et tout mais c’est juste que ce n’est plus ma priorité et question finances je peux pas tout avoir alors j’ai choisi (pour le moment) un autre camp qui n’est pas pour autant incompatible avec le reste.

Des plaisirs que j’avais avant comme les journées shopping par exemple ne m’attirent plus, mais j’ai d’autres vices que j’ai gardé je te rassure notamment les soins et le make-up!

La maternité au final, pour moi c’est comme une évidence, le don que je fais de ma personne à mon fils me rend heureuse. Je ne suis pas une maman parfaite, mais j’essaie de faire de mon mieux pour mon Boubou n’en déplaise aux autres!

 *Photo by Rudy Boyer

Publicités

8 réflexions sur “Tout à changé le jour où je t’ai donné la vie

  1. Super article 😊 Oui l’allaitement et le portage, je valide, à chaque choses sont moments, moi je suis devenu une femme indépendante, mais qu’à partir de leur trois ans, au moment de rentrer à l’école, quoi de plus beau et de plus merveilleux de s’occuper de ses enfants, oui c’est eux notre moteur 😊 donc oui Super Article !

  2. Je suis 100% d’accord avec toi. Je sais que certains de mes amis ne comprennent pas non plus mon « changement » depuis que je suis maman. Oui avant je sortais beaucoup, j’ai eu une période rave party, je passais mon temps à attendre le we pour faire la fête. Je dépensais tout mon fric en coiffeur, fringues et co… Mais depuis que j’ai trouvé l’équilibre amoureux avec mon chéri, qu’on a construit notre famille, bah oui on ne sort plus comme avant. Fini les after work, les resto au pied levé et tout et tout. Je serais même encore plus extrême que toi quand j’entends mon chéri dire « y’a machin qui veut qui veut faire un dîner » je soooooufffle j’ai trop pas envie lol Comme toi j’aime toujours les fringues, mais j’avoue ce n’est pas la priorité, les finances sont plus serrées et puis à quoi bon me fringuer comme si j’allais bosser? Mon modèle réduit me crache dessus aux heures de repas 🙂 et puis bon pour les balades en poussettes ou en porte bb rien de tel qu’un bon pull et un legging polaire et des baskets! Chaque chose en son temps. On aura à nouveau le temps quand ils seront plus grands. Pour le moment ils ont besoin de nous, et je suis contente de voir que beaucoup d’autres femmes ne vivent pas cela comme une parenthèse étouffante :-*

    • Ahah inviter mais c’est quoi lol non sérieusement c’est vrai que vu que je passe la semaine loin de lui, le we non seulement je suis épuisée mais en plus j’ai envie de profiter de lui un max alors oui tu as raison c’est finalement une parenthèse dans notre vie et elle est tellement belle cette parenthèse que parfois je voudrais qu’elle dure pour toujours! Merci du partage de ton expérience ma belle ❤

  3. Assez pareil pour moi, je me consacre beaucoup à mon fils et j’aime ça. Il ne sera pas petit longtemps, et je ne veux pas me retourner un jour vers lui et dire « Je ne l’ai pas vu grandir », ni « Mais qui il est en fait? » Je n’ai pas de reproches de mes potes, avec qui c’est déjà arrivé de ne pas se voir pendant de loooongs mois, et aux retrouvailles rien n’a changé, donc j’espère que ça va continuer sur cette lancée. De toutes façons, loin de mon fils plus de quelques heures, je ne peux pas, donc je ne veux pas!

  4. En fait…votre « n’en déplaise aux autres » est curieux car vous émettez plus de critiques envers les femmes ‘libres » anti allaitement /portage….que l’inverse !
    Certaines veulent justement s »occuper d’elles et de leur couplé pour que leur bébé grandisse avec des parents amoureux comme au premier jour….combien de femmes négligent leur mari et leur physique pour leur bébé….en divorcant avant ses 5 ans ?

    • Chère Céline, votre définition de la femme libre m’échappe un peu, une femme libre n’est-elle pas une femme qui fait des choix en son âme et conscience sans les contraintes que lui impose la société, son mari ou sa famille. Je vous rassure, je m’occupe de moi et de mon conjoint mais je me suis mise en exergue un temps pour mon fils qui comme dans la nature, il ne faut pas oublier que nous sommes des mammifères, avait un besoin de moi plus fort. Le mari quant à lui devra savoir faire preuve de compassion et s’il soutien sa femme, le couple ne sera que plus soudé. Je trouve justement votre vision très machiste (et pourtant vous êtes une femme) proche de la pensée post seconde guerre mondiale où une femme doit être à la merci des yeux de la société patriarcale. Vous vous éloigner du sujet quand vous mentionnez le divorce car malheureusement je ne pense pas qu’une femme qui porte ou allaite son enfant entraîne ceci…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s