L’herbe est-elle plus verte ailleurs?

Nice fractalAyant un peu voyagé et travaillé dans des pays étrangers, j’ai toujours essayé de me projeter en me demandant si je pouvais vivre ailleurs que chez moi, ailleurs qu’en France, ailleurs que sur la Côte d’Azur, ailleurs qu’à Nice…Si on occulte le fait que je suis très proche de ma famille qui vit ici, comme moi à Nice, est-ce que je pourrais?

Je me suis toujours demandé si j’étais faite pour vivre ici, maintenant au 21e siècle, Nice cette ville que j’ai tant aimée, cette ville où j’ai mes racines, mes souvenirs, mes amis et ma famille. Je parle de mon amour pour cette ville au passé car désormais à mes yeux elle a bien changé, pas tant au niveau esthétique mais plutôt du côté des mentalités. Peut-être toi aussi te dis-tu la même chose et je sais que ce n’est pas seulement Nice qui est touchée par cette morosité, cette agressivité, cette incivilité et cette délinquance il faut l’avouer. Mais moi, je parle de ma ville, de celle où j’ai fait les 400 coups, où j’ai eu mes coups de coeur, mes fou rires, mes journées plage d’ado interminables, mes chagrins d’amour, ma rencontre avec ma moitié et la naissance de mon Boubou.

Nice, tu m’exaspères, tu m’étouffes parfois même, surpeuplée tu m’asphyxies, je manque d’air et soudain je me demande si tu seras bonne et bienveillante pour mon fils, qui va grandir dans ce bruit, tu m’assourdis, Nice tu vieillis aussi…Inégalitaire, tu accueilles des fortunés des 4 coins du monde pendant que d’autres croulent sous les dettes, se noient mais pas dans ta mer bleue. La mer, la grande bleue, mon élément où j’ai appris à nager presque avant de savoir marcher, cette mer polluée qui se meure chaque jour un peu plus sous les énormes bateaux de touristes qui viennent t’envahir et qui bien souvent ne te respectent pas. Nice, tu nous fais payer ton soleil plus de 300 jours par an, la misère côtoie la richesse extravagante sans complexes. Nice où la mer ne fait qu’un avec la montagne mais où on ne trouve rarement un havre de paix non surpeuplé…

Nice, ville de paraître, ville de vieux où rien n’est fait pour l’épanouissement des jeunes ou la créativité, Nice ville inégalitaire.

Où es-tu passée Nissa la Bella, Nice la magnifique, Nice ma ville. Tel un panier de crabe, chacun garde bien sa place au soleil, la vie simple sans artifices existe-t-elle encore ici?

Je t’ai souvent quittée pour mieux te retrouver, désormais que dois-je faire? Quel avenir pour mon fils ici? L’herbe est-elle plus verte ailleurs?

Cela me bouffe tellement de devoir te quitter, te tromper avec une autre, partir ailleurs dans un autre pays, un autre monde!

Alors je sais bien que ces réflexions peuvent s’appliquer à beaucoup de villes de France et la crise à bon dos, alors moi je suis là, cherchant désespérément ma place dans ma ville, je ne sais où me situer! Tu ne m’offres aucun job, tu nous ruines un peu plus chaque jour…Les diplômés te désertent faute d’emplois ou de salaires décents. Nice, sous mes yeux tu te meurs.

Triste constat, et moi utopique je rêve de jours meilleurs et je me demande si le fait de rester ici est un bon choix pour notre petit bout?

Où aller? Où puis-je apporter mon savoir, me sentir utile, vivre ma vie de maman et de femme active sans complexes?

Ceci est une simple réflexion, l’idée germe doucement mais aurais-je le cran de tout lâcher ici pour partir, et partir où? Pas de projet pour le moment mais un ras le bol qui dure maintenant et qui m’a même plusieurs fois fait douter de mon envie d’avoir des enfants, par peur de ne leur laisser que des souvenirs perdus en héritages, une nostalgie d’une vie antérieure sans avenir pour le moment…Mais ailleurs, c’est mieux??

Nice, tu me manques alors que je suis là, en ton sein.

Publicités

11 réflexions sur “L’herbe est-elle plus verte ailleurs?

  1. J’aimerais pouvoir te dire oui sans hésiter, mais c’est tellement personnel…ton texte est une telle déclaration d’amour (déçu? Triste?) à ta ville, je n’ai jamais éprouvé ça ni pour la ville, ni même pour la France. Alors pour moi, c’est oui, l’herbe est bien plus verte ailleurs…mes enfants ont deux pays, deux cultures et c’est merveilleux de pouvoir leur offrir ça. Mais je reconnais que ça dépend des gens. Des expats malheureux, ça existe aussi. On ne peut pas savoir avant d’avoir essayé!

    • Je ne suis pas patriote, ni nationaliste mais c’est vrai que j’ai aimé ma ville car malgré mes voyages, je suis toujours revenue à la source…mais la source se tarie, elle n’ est pas éternelle. Elle se meurt à petit feu mais j’ avoue qu’avec un enfant, tout quitter me semble bien compliqué, je suis un peu une flipette mais ça trotte dans ma tête.

  2. Très réaliste ton article! Malheureusement, il décrit ce qui est le lot de beaucoup de villes. A la différence près que … le contraste entre riches et gens qui essaient de boucler leurs fins de mois doit être frappant…et forcément générateur d’un climat sous tensions où tout le monde se juge. Tout le monde vient a Paris mais la vie est tellement chère que soit on se loge dans de petites surfaces soit est à une heure de son travail … J aime ce bouillonnement culturel et ces multiples possibilités, avoir un job mais… Ma famille est loin, pas de papi mamie pour me décharger la semaine et aller récupérer ma fille. Au final tout est proche mais loin…

    • C’est vrai qu’ ici ce qui manque c’est de la culture, de l’ animation…on tourne vite en rond et puis le travail, il court pas les rues! Et puis si je pars de ma ville, je ne resterais sans doute pas en France, ce pays me correspond de moins en moins. Mais tout s’ étudie et avec un enfant on ne part pas les mains dans les poches, je suis assez torturée ces derniers temps.

  3. Alors là…. J’aurais jamais pu dire mieux ! J’adore, ton texte correspond à 110 % à ce que je pense… Je suis moi aussi niçoise depuis 3 générations, fière et amoureuse de ma ville au plus haut point ❤ Mais j'ai du la quitter il y a 5 ans pour des raisons professionnelles…. J'ai fait une dépression pendant 6 mois (je ne m'en était même pas rendu compte), au départ cela à été très dur de me détacher de ma famille, mes amis, mon quartier…. L'enfer. Donc je reviens 2 fois par an en vacances et je trouve ma ville méconnaissable: cette place Masséna bétonnée, bourrée de flics, soit disant design (mais ou est le rond point des skateurs ? la fontaine derrière ?) tout est fermé la nuit, barricadé le jour…. On disait il y a 10 ans "Nice c'est une ville de vieux ! on est presque à Monaco !" Mais la en 2013 on y est carrément…. Tout à bougé, mon quartier (derrière l'église notre dame, rue de Russie /rue d'Italie / rue d'Angleterre) ne ressemble plus qu'a une zone de magasins de fringues à 2 balles et de fast foods moisis…. Je suis déçue de ces changements… Bref, je pourrais en parler des heures mais je vais stopper là 🙂 Ah oui le seul truc utile: le tram' ! La mentalité, je n'entamerais même pas le sujet…. Ca m'exaspère de voir ces "niçois" m'a tu vue tape à l'oeil, sans aucun respect des anciens (et des moins anciens, en fait plus aucun respect de rien) Il y a toujours eu du monde à Nissa, les touristes etc etc… Mais là, c'est limite les natifs qui me font honte ! En résumé, je reviendrais très certainement revivre près de Nice…. Mais plus vers la campagne (Saint André de la roche, Levens etc….) Enfin si c'est encore possible d'y vivre correctement sans toucher 3000 € / mois….

    • Oui Nass, ville de vieux mais aussi et surtout une des villes les moins sûres de France! On est blindés de caméras (l’une des villes où il y en a le plus) pour rien, juste pour payer plus d’impôts encore et encore! Trop de monde se pietinne à Nice et c’est étouffant! Rien pour les jeunes, pour les chiens, justes des constuctions inutiles! L’arrière pays sera lui aussi touché malheureusement et vu qu’il devient chic d’y habiter, les prix des maisons ou appart vont exploser car tout le monde veut fuir la ville désormais ça devient insuportable!

  4. Si tu savais comme je déteste encore plus Paris depuis la naissance de mon modèle réduit chérie! A l’origine je viens de Metz, une ville où il fait bon vivre que j’ai dû quitter pour trouver du boulot… J’y serais revenue si je n’avais pas rencontrée mon amoureux. Je suis persuadée qu’on gagnerait en qualité de vie ailleurs que dans nos villes surpeuplées… chaque jour je zieute l’indice de pollution parisien et chaque jour je déglutis quand je sors avec ma puce… Oui moi je crois que l’herbe est plus verte ailleurs, là où il y a de l’herbe justement. :-*

  5. Pingback: Etre "travailleur pauvre" | Une Maman dans la Ville

  6. Pingback: 4 jours à peine | Une Maman dans la Ville

  7. Pingback: Tout irait bien si… | Une Maman dans la Ville

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s