Boubou à un rhume…le deuil de mon allaitement?

EPSON scanner image

Leche League International

Moi qui pensais que tout roulait avec mon allaitement, et crois moi j’en ai vu des vertes et des pas mûres surtout au démarrage…ben non, il fallait bien qu’y ai un obstacle de plus sur notre route!

A l’heure où j’écris ce billet, Boubou dort, il est 21 heures et il n’a pas tété avant d’aller rejoindre les bras de Morphée, et c’est comme ça depuis maintenant 4 jours…Je suis passée par toutes les phases: l’incompréhension, la colère, l’amertume, mais pourtant je n’arrive toujours pas à en faire le deuil.

Depuis plus d’une semaine, Boubou s’est chopé un rhume qui au fil des jours s’est transformé en sinusite ce qui l’empêcha de respirer par le nez, et qui par la même occaz’ reduisait nos ses nuits à néant…La fatigue faisant, le refus du sein de la part de Boubou m’a profondemment affecté.

J’ai essayé tant bien que mal de « déboucher » ce petit nez tout morveu mais sans succés, 4 jours et nuits durant il a refusé le sein qui pour lui était devenu négatif et plus du tout un plaisir comme il en avait l’habitude.

  • Premier jour, je reste zen, je ne le force pas plus que ça, même si c’est vrai que le matin plus que le soir, il aimait téter en se réveillant gentillement…
  • Deuxième jour, mes seins souffrent un peu, je retente mais le nez toujours bouché, Boubou me repousse! Je pleure…je me résigne et le mets au lit en me disant que demain ça ira mieux.
  • Toisième jour, même sénario mais cette fois, je m’enerve un peu et là, je fais quelque chose qu’il ne faut surtout pas faire, je tente de lui donner « de force » mais rien n’y fait, Boubou se braque, je pleure. La douleur n’aidant pas, je file dans la douche et tente d’extraire un peu de lait au tire lait puis en exerçant des pressions car je crains l’engorgement…

Je contacte Carine Conseillère en lactation de la Leche League, qui me suit dans les péripéties de mon allaitement quasi depuis le début et lui demande de l’aide car, ne faisant que pleurer, j’ai l’impression que personne ne me comprend et je me renfrogne, une tension s’installe alors jusque dans le couple…Carine me conseille de pratiquer beaucoup de peau à peau avec lui, de lui parler de mes sentiments, lui dire que je comprends qu’il ai peur et que je suis là quand il veut reprendre, de le rassurer et de NE SURTOUT PAS LE FORCER…Elle me suggère de me rendre à une de leur réunion pour en parler, et peut être aussi que par mimetisme, le fait de voir d’autres bébés téter, la peur laissera place à l’envie? Elle me rassure aussi en me disant que cela est arrivé à beaucoup de mamans et que l’allaitement a finalement repris même avec plusieurs semaines de « grêve ». Point important, il faut que je maintienne ma lactation en tirant mon lait.

J’ai plusieurs sentiments qui me submergent mais que j’essaie de combattre:

  1. J’en veux à mon fils de me repousser, sachant que, pour lui, téter était un réel plaisr en plus de l’aspect nourricier;
  2. Je m’en veux de lui en vouloir;
  3. Je m’en veux de l’avoir forcé;
  • Quatrième jour, le matin, je ressens une amélioration au niveau de sa respiration mais je ne lui propose même pas au réveil de peur de le braquer…le soir, j’essaie furtivement mais il me repousse à niveau, comme s’il avait même oublié comment on faisait. Maintenant j’ai même une appréhension, un stress avant de lui proposer de téter, peut-être le ressent-il?

Jamais je n’aurais cru qu’un rhume metrrait fin de façon si radicale à mon allaitement et me rendrait si « dépressive », chaque jour qui passe, j’essuie les refus de mon fils et ce qui m’ennuie dans toute cette histoire c’est qu’il aimait tant téter que je pensais que le jour où il décide d’arrêter ce serait uniquement quand il n’en ressentirait plus le besoin et non par peur de « s’étouffer »…

Certains me diront « 15 mois c’est déjà bien » ou bien « c’est rien il est en bonne santé, ya pire, tu comptais l’allaiter jusqu’à quand?? » ou encore « faut bien arrêter un jour« …et j’en passe mais rien de tout cela me console, au contraire je me sens incomprise, seule face à mon désespoir de voir la fin de mon allaitement si brutal, comme ça, pour de « mauvaises » raisons.

Alors, je continue de tirer mon lait mais plus les jours passent, moins j’ai la conviction qu’il va redemander à téter. Mais j’espère en secret.

Je ne pensais pas que cela me touche tant mais je suis littéralement bouleversée, anéantie, triste que tout cela s’arrête si vite! D’ailleurs en écrivant ces quelques phrases, ma gorge est nouée, mes joues sont couvertes de mascara emprisonné dans des larmes de tristesse, un sentiment difficile à te décrire mais qui est là, qu’il faut que je surmonte, t’en parler, ici, c’est comme une thérapie, je vide mon sac, j’en ai besoin.

L’allaitement, pour moi, 15 mois de pur bonheur (avec des hauts et des bas), de fusion, des mois de nuits blanches, d’innombrables tétées réconfort, tant de choses que je garderais en mémoire toute ma vie, un bien-être inexplicable.

Boubou sache que je ne t’en veux pas, ainsi va la vie et c’est juste la fin d’un cycle, de belles choses nous attendent avec ou sans allaitement!

Petites excuses aussi à ma moitié, l’homme de ma vie, un peu désemparé face à ma tristesse, que j’ai, j’avoue avoir un peu malmené au travers de cette histoire.

Papoun et Boubou je vous ♥

Publicités

6 réflexions sur “Boubou à un rhume…le deuil de mon allaitement?

  1. courage ma belle!!! je comprends que tout n’est pas si facile! mais comme tu dis pleins de nouvelles aventures vous attendent!! et garde espoir!! peut être Boubou revoudra téter!!!!

  2. Merci Alex, je te remercie de ton soutien, je garde espoir mais c’est pas facile, chaque jour qui passe ne me rassure pas…mais son nez semble encore encombré…

  3. Je comprends tout à fait ta tristesse….Je me souviens pour mon deuxième, alors que j’avais décidé de « reduire » les tétées en vue d’un sevrage prochain (mon fils avait 21 mois) , la reduction du nombre de tetees c’etait transformée en arret definitif non programmé! J’etais déçue que cela se passe aussi vite….
    Mais l’allaitement se termine quand un des 2 le souhaite. La plupart du temps les mamans sont les premières à vouloir commencer un sevrage…mais il arrive que l’enfant en décide ainsi en premier. Je pense qu’il faut accepter la volonté de ton fils sans te remettre en question, sans penser qu’il te rejette. Le sevrage ouvre également les portes de nouveaux types de complicité….tout aussi chouettes que l’allaitement, je te le promets ( parole de maman de 2 enfants allaités 18 et 21 mois)
    Courage. Ne soit plus triste, accepte que ton fils grandisse, accepte qu’il soit un petit être avec ses propres volontés et découvre ce vers quoi ton Boubou veut t’emmener! (je sais , c’est plus facile à dire qu’a faire) ❤

    • Merci pour ton témoignage Sarah, j’accepte bien sûr avec joie que mon fils grandisse mais dans ce cas présent c’est bien le rhume (je le sens) qui a stoppé net cet allaitement, ce n’est donc pas sa volonté, c’est pourquoi je suis si triste…Je vais essayer de tirer mon lait, perséver sans le « forcer », le laisse revenir et si malgré tout il refuse, je commencerai mon « deuil ». Ca paraît fort mais c’est vraiment ce que je ressens. Bravo pour tes deux allaitement, je t’envie maintenant 🙂

      • Je comprends tout a fait…j’ai utlisé le même terme pour mon 2 eme sevrage… Fait lui de gros calins pour combler le manque…. Courage! Sarah, monbebenageur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s